Eric Zemmour, Philippe Val : l’aveuglement des anti-intellectuels

Tribune parue Chez Michel Wieviorka, L’Obs Rue 89 les blogs, le 13 mai 2015.

En 1973, un penseur social-démocrate, Michael Harrington, signalait dans la revue Dissent l’émergence d’une nouvelle figure de la vie intellectuelle américaine, celle des « néoconservateurs », passés de la gauche et même du gauchisme à la droite la plus dure. Les « neocons » sont devenus en fait particulièrement visibles à la fin des années 70, avec notamment Irving Kristol et Norman Podhoretz, et leur influence a été considérable, sous Ronald Reagan puis avec George W. Bush. Aux Etats-Unis, le souffle des idées, sous l’impulsion de ce courant, a été dominé, depuis une quarantaine d’années, par le phénomène qu’ils incarnent.

Les intellectuels sur la sellette

Nous avons d’abord vécu une droitisation moins tranchée, une liquidation moins « conservatrice » du marxisme, car sensible aux droits de l’homme, avec les nouveaux philosophes de la fin des années 70. Puis une longue période où les idées de droite, voire d’extrême droite, ont fait leur chemin dans les décombres des modes de pensée antérieurs, largement plus marqués à gauche. Et aujourd’hui, deux logiques sont à l’œuvre :

  • la première est celle d’un retour du questionnement sur les intellectuels, ce qu’ils sont, ce qu’ils font, ce qu’ils représentaient et qu’ils ne représenteraient plus ;
  • la seconde revêt la forme d’une accélération, ou d’une visibilité soudaines de la déstructuration de l’espace des idées sous hégémonie médiatique.

Les « intellectuels », en effet, sont sur la sellette. En témoignent les interventions du Premier ministre, qui, à deux reprises, s’est préoccupé récemment de leur existence et de leurs écrits. Manuel Valls a d’abord pratiqué l’admonestation : où sont-ils face au Front national, a-t-il demandé le 7 mars, en pleine campagne pour les élections départementales, et alors que ce parti était à la hausse dans les sondages ?

Tout est de leur faute

Il y a eu ensuite le battage, dans lequel Manuel Valls, par sa critique très juste, a eu sa part, autour du livre honteux d’Emmanuel Todd, « Qui est Charlie ? », proposant une interprétation fausse et inconsistante de la mobilisation consécutive aux tueries des 7 et 9 janvier – une imposture selon lui.

Dans le même contexte, Philippe Val, un journaliste, s’en est pris avec vigueur, à ce qu’il appelle le « sociologisme » – traduire : la sociologie. Et Eric Zemmour, l’ami de Robert Ménard (c’est peut-être lui qui a suggéré la mise en place de statistiques ethniques à Béziers), profite de la sortie de mon livre « Retour au sens », pour démultiplier les fadaises, dans Le Figaro du 7 mai, et clamer sa haine des sciences sociales et son mépris pour la recherche documentée, tout en étalant sans vergogne une ignorance crasse.

Une même antienne règne dans cette nouvelle défaite de la pensée que croient signaler les Philippe Val et autres Eric Zemmour, et qu’en fait ils incarnent : le malheur de la France, aujourd’hui, devrait être imputé aux sciences sociales et aux intellectuels, c’est de leur faute, comme dit ce dernier, « si notre espace public est en morceaux et notre paix civile menacée » – rien que cela !

Laissons de côté ces bavardages et inepties parfois doublées d’attaques ad hominem, oublions aussi ces émissions télévisées qui se veulent de « débat » et qui font penser, avec ce type de personnage, au marché de Brive-La-Gaillarde chanté par Georges Brassens, et revenons plutôt au contexte dans lequel ils trouvent leur espace.

Hégémonie médiatique

Ce contexte, pour la France, est celui de la fin d’une période inaugurée à la fin des années 70, on vient de le dire à propos des nouveaux philosophes.

Durant près de quarante ans, le marketing et la com’ ont alors accompagné, au-delà de la liquidation du marxisme, une mutation au cours de laquelle la figure classique de l’intellectuel public se décomposait, jusqu’à ne plus être qu’un personnage sans épaisseur autre que celle offerte par des « coups » médiatiques, préparés en complicité par deux ou trois maisons d’édition et quelques responsables de journaux – un jour, c’est Marcela Iacub, présentée comme un grand écrivain pour le récit de ses aventures avec un porc, un autre jour, c’est le grand œuvre philosophique de Bernard-Henri Lévy, où il plonge tête baissée dans un canular (sur la sexualité d’Immanuel Kant) depuis longtemps pourtant éventé, aujourd’hui, c’est le lancement tonitruant du livre affligeant d’Emmanuel Todd. Voici qui nous donne la mesure du chemin parcouru depuis Sartre, Malraux ou Aron !

Si les sciences humaines et sociales étaient aux premières loges dans les années 60 et même 70, leurs paradigmes classiques, marxistes ou structuralistes, mais pas seulement, se sont ensuite assez largement décomposés, en même temps que la figure traditionnelle de l’intellectuel s’affaissait.

Mais de nouvelles figures se mettent en place, en particulier dans les sciences humaines et sociales, où nous sommes bien au-delà de cet affaissement : les temps, dans ces disciplines sont à la recherche de nouveaux paradigmes et au renouveau de la pensée, de la théorie, des méthodes, des modes d’approche, et de la pratique.

Le tournant manqué du « penser global »

Et plutôt que de parler de « sociologie défunte » ou de « sociologisme », comme le font Philippe Val et Eric Zemmour, plutôt aussi que de ne pas vouloir considérer les sciences sociales autrement que pour ce qu’elles étaient dans les années 60 et 70, ce qui serait, avec certes plus de tenue, la position d’Alain Finkielkraut, comment ne pas voir que ces disciplines apportent constamment un éclairage dans le débat public ?

Là où, comme, disait Sartre, l’intellectuel public se mêle de ce qui ne le regarde pas, le chercheur en sciences sociales s’appuie en effet sur des connaissances, des travaux et parle, en principe, sur la base de ses compétences, ce qui peut présenter un réel intérêt.

Mais il faut aussitôt ajouter que de ce point de vue, la France a en partie manqué le tournant mondial des années 90, l’entrée dans le « penser global ». Qu’elle répugne à passer à la critique, du « nationalisme méthodologique », comme disait Ulrich Beck ; qu’elle a perdu son rang dans les grands débats et les principales avancées des sciences humaines et sociales à l’échelle du monde.

Cela s’explique en partie par la perte d’influence de notre langue, mais tient aussi et surtout au fait que notre pays, au centre du monde intellectuel dans les années 60 et même encore 70, peine dès lors plus que d’autres, moins impliqués à l’époque, à entrer dans une nouvelle configuration de la vie des idées.

Déclinisme ? Certainement pas, car je sais que la France a la capacité et les ressources pour retrouver une place et un rôle de premier plan dans la production des connaissances : ce que le jargon bureaucratique appelle parfois l’« internationalisation de la recherche » est à notre portée, d’ailleurs, je fais partie de ceux qui s’y emploient.

Oui, les sciences sociales classiques sont défaites, et défuntes. Mais s’arrêter à cette image, c’est se vautrer dans l’aveuglement de l’idéologie décliniste et de ses avatars où les grands mots – la nation, la patrie, la République –, sont souvent mobilisés au service des pulsions racistes, xénophobes, vite franchouillardes, des tenants de la communauté nationale homogène et de la société fermée.

Ceux qui voudraient réduire les sciences sociales au silence n’en ont à l’évidence aucune idée, en dehors de ce qui s’écrivait il y a près d’un demi-siècle, et encore. Ils en ignorent le mouvement, désormais planétaire, leur entrée dans la globalisation, qui est pour elles un objet, mais aussi le cadre dans lequel elles apportent leur réflexivité au monde et à notre société. Et ils n’ont aucune envie d’en prendre connaissance.

Il serait désastreux que le débat des idées continue à se construire à partir de leurs positions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *