Primaire à gauche, #NuitDebout : nous assistons à un dégel citoyen et intellectuel

Des centaines de manifestants à Nuit Debout, Place de la République, 12 avril 2016 / AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG
Des centaines de manifestants à Nuit Debout, Place de la République, 12 avril 2016 / AFP PHOTO / ERIC FEFERBERG

LE PLUS. Cinq mois après les attentats du 13 novembre 2015, quels effets politiques ont-ils eu sur la société ? « Après une période de raidissement, nous assistons à l’émergence d’une parole citoyenne marquant ses distances vis-vis du pouvoir et des partis politiques », explique le sociologue Michel Wieviorka, spécialiste des fractures sociales, des violences et du racisme.

Édité par Sébastien Billard

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, et du 22 mars 2016 à Bruxelles ont exercé des effets qui tranchent avec ceux de janvier 2015, après les tueries de « Charlie Hebdo » et de l’hypercacher.

La violence terroriste a d’abord suscité de nouvelles postures de la part du pouvoir. En janvier 2015, il s’agissait pour lui de montrer que les institutions tenaient bon, à commencer par l’institution présidentielle, et d’encourager et canaliser les émotions : grandes manifestations du 11 janvier, minutes de silence. Il s’agissait aussi d’afficher la solidarité internationale face au mal.

Beaucoup y ont également trouvé une occasion de marquer un attachement à la laïcité pouvant aller jusqu’au rejet de l’islam, et pas seulement de l’islamisme. Et pour les croisés d’une république intransigeante, celle de défendre résolument le droit au blasphème.

Après le 13 novembre, le discours de l’insécurité s’est redéployé

Après le 13 novembre, la tonalité a changé. La nation a été mise en avant solennellement, avec le Congrès de Versailles et la fameuse proposition de « déchéance de la nationalité », faute morale s’avérant un piteux calcul.

Une nation dont il fut dit à l’envi qu’elle est en guerre, engagée militairement au Moyen-Orient, et qu’elle a besoin d’unité, voire d’union nationale, et de mesures d’urgence et d’exception. Les tendances favorables à l’autoritarisme en ont été renforcées au sein du pouvoir, en particulier de la part de Manuel Valls.

Le discours de l’insécurité s’est alors redéployé, en se fixant non plus, comme dans les années 1990, sur la délinquance et les violences urbaines, mais sur l’image de menaces venues du dehors tout en se nourrissant de dérives sociales.

Ce discours qui permet de fusionner dans une seule et même peur le terrorisme et les phénomènes de migration est tout entier polarisé sur l’islam, au point que Plantu associe dans un même dessin port du voile islamique et ceinture d’explosifs.

Autorité, nation, sécurité : un raidissement bien peu de gauche

Autorité, nation, sécurité, laïcité pure et dure : ce raidissement qui est bien peu de gauche n’a pas empêché des phénomènes opposés. En voici des illustrations.

Après janvier 2015, les musulmans en France étaient souvent pressés de n’être que des citoyens comme les autres dans l’espace public, et en même temps sommés d’y récuser à voix haute, comme musulmans, le terrorisme et l’islamisme.

En décembre, certains se rendaient la nuit de Noël dans des églises, en solidarité avec les Chrétiens, et une opération « portes ouvertes » proposait à des non-musulmans de découvrir ce qu’est une mosquée. Il arrivait donc que de soi-même on s’affiche publiquement comme citoyen et comme musulman. Les cibles du terrorisme n’étant plus des journalistes ni des Juifs en tant que tels, le climat se transformait.

Jusqu’au 13 novembre, les positions de quelques intellectuels publics conservateurs ou réactionnaires dont les idées entraient en résonnance avec celles du FN semblaient commander le débat.

Un Premier ministre aux attitudes martiales

Un autre impact des tueries les plus récentes a été l’ouverture massive des médias à d’autres voix capables en particulier d’expliquer les sources sociales, historiques, politiques ou culturelles de violences ayant quelque chose à voir avec le travail de la société française sur elle-même, ou d’analyser leurs dimensions géopolitiques, et moyen-orientales.

Mais le plus étonnant a certainement été le dégel citoyen. Jusque-là, l’idée de gauche semblait chaque jour davantage condamnée à devenir une étrangeté, ou à se perdre dans un gauchisme bien en peine d’être révolutionnaire.

Les forces de la droitisation n’étaient guère contrebalancées à gauche, tant les personnalités les plus visibles n’occupaient chacune qu’une petite place dans un espace idéologique fragmenté, sans capacité ni désir de porter un vaste projet. François Hollande, l’orfèvre de la synthèse disait-on hier, devenait faute de vision d’ensemble l’expression surplombante la plus haute de ce déficit.

Les attitudes martiales du Premier ministre ont pris la forme aussi, ce qu’il nuancera par la suite, de propos où selon lui, en matière de terrorisme, expliquer, c’est un peu justifier.

Et voilà qu’émerge maintenant une parole citoyenne

Conjugué à d’autres expressions de la droitisation d’un pouvoir, manquant de convictions de gauche dans sa gestion de la crise des migrants ou dans le projet mal inspiré de la loi El Khomri, ce durcissement droitier a contribué à son contraire : l’ouverture d’un espace non plus à gauche de la gauche, mais en son cœur, ou plutôt sous elle, l’émergence d’une parole citoyenne marquant ses distances vis-vis du pouvoir et des partis politiques.

C’est ainsi que l’appel pour une primaire à gauche qu’avec quelques amis j’ai lancé dans « Libération » a suscité le mépris arrogant de l’Élysée et de l’establishment des commentateurs politiques, mais a été plébiscité par les électeurs dans les sondages.

Le 16 avril, au théâtre de la Porte Saint-Martin, à l’invitation de « Libération » et de notre Comité, nous serons certainement nombreux à échanger non pas en termes politiciens, mais sur le fond, de ce que pourrait être le projet du vainqueur d’une telle primaire, pour laquelle des dizaines de débats dans toute la France ont déjà été organisés.

Puis Martine Aubry, dans une tribune qui a fait grand bruit et que j’ai co-signée, a confirmé ce que beaucoup ressentent, déclarant à propos de la politique du pouvoir : « trop c’est trop ». Et le projet de loi El Khomry s’est heurté à la mobilisation d’une partie des syndicats et de la jeunesse.

On peut y lire la décomposition de la gauche au pouvoir

Dans le prolongement de cette lutte a surgi au soir du 31 mars « Nuit Debout », un mouvement venant dire lui aussi, hors politique, qu’il est possible de penser l’avenir, et d’en débattre, y compris sur un mode utopique.

Le dégel citoyen et intellectuel va donc de pair avec une clarification où se lit la décomposition de la gauche au pouvoir, déchirée entre fronde et gauchisme, et droitisation tous azimuts (radicalisation autoritaire, libéralisme non voire antisocial).

Un espace existe où s’expriment un souffle citoyen, le refus constructif de la politique actuelle, le désir d’une autre politique. Une gauche ouverte, européenne, écologiste, soucieuse de justice sociale, désireux d’une politique internationale cohérente avec ses valeurs commence à s’exprimer, loin des acteurs politiques actuels.

Verrons-nous surgir le personnel politique qui pourra porter cette fragile renaissance ?

Tribune de Michel Wieviorka parue le 13 avril 2016 sur le site le Plus de l’Obs.

Citer cet article: Michel Wieviorka, "Primaire à gauche, #NuitDebout : nous assistons à un dégel citoyen et intellectuel," in Michel Wieviorka, sociologue | Carnet de recherche, 13 avril 2016, https://wieviorka.hypotheses.org/659.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *