Europe, Amérique latine… Il n’est pas exclu que la gauche connaisse un déclin durable

Une militante socialiste après la défaite de la gauche aux élection régionales 2015 (P. HUGUEN/AFP).

Il y eut d’abord l’effondrement du communisme, à l’Est, symbolisé alors par la chute du mur de Berlin en 1989, mais aussi à l’Ouest, qu’il s’agisse de la disparition (ou presque) des grands partis communistes occidentaux, en Italie ou en France notamment, ou de l’épuisement des maladies séniles qui l’avaient radicalisé jusqu’au terrorisme : gauchismes en tous genres, violences politiques se réclamant du marxisme et du léninisme.

La dernière guérilla importante a avoir porté ce type d’idéologie, et vivant de fait assez largement du narcotrafic, était celle des FARC : elle vient d’aboutir à un accord avec le gouvernement colombien qui signifie pour elle l’abandon de la lutte armée.

Puis il y eut, moins brutal, moins net aussi, le déclin de la social-démocratie, dans ses places fortes – Allemagne, Autriche, pays scandinaves notamment. Les résultats électoraux sont là, en voici une illustration : lors de l’élection présidentielle autrichienne, en mai 2016, le candidat du SPÖ (le parti social-démocrate) a été relégué à la quatrième place lors du premier tour, avec 11,28% des suffrages, les deux premiers candidats, seuls retenus pour le deuxième tour, relevant l’un de l’écologie politique, l’autre de l’extrême droite.

Royaume-Uni, Brésil… Une gauche affaiblie

Dans certains cas, l’affaissement va de pair avec la déstructuration. Au Royaume-Uni, le Labour est passé douloureusement d’un Tony Blair perçu d’abord comme modernisateur, avec la Troisième voie, puis comme s’éloignant des fondamentaux du travaillisme, car ouvert au marché et à la finance, sans parler de son soutien aux Etats-Unis dans l’aventure de la guerre en Irak, à une gauche de gauche incarnée par Jeremy Corbyn. Radicalisé avec ce leader, et divisé, le Parti travailliste est aujourd’hui dans une crise profonde, au plus bas dans les sondages.

Aux Etats-Unis, l’affrontement de Bernie Sanders et Hilary Clinton lors de la primaire du Parti démocrate a fait apparaître un profond clivage entre ses électeurs, et il n’est pas certain que les traces de cette opposition aient été bien effacées depuis la victoire d’Hilary Clinton.

Dans toute l’Amérique latine, les espoirs des années 1990 voire 2000 sont bien éloignés. Le Brésil de Lula puis de Dilma Rousseff est aujourd’hui emporté dans une crise profonde, et ce n’est pas l’idée de gauche, disqualifiée par un Parti des travailleurs corrompu, qui remobilisera la population ; au Chili, Michelle Bachelet est au plus bas dans les sondages ; en Bolivie, Evo Morales, qui avait fait rentrer la population indienne dans la vie civique et politique du pays, vient de perdre un referendum constitutionnel. Etc.

Et en France ? Tout se passe comme si le Parti socialiste vivait un processus inverse de celui qu’a inauguré le Congrès d’Epinay (1971), point de départ d’une dynamique qui est passée par l’unification des socialistes, puis par leur alliance avec les communistes (avec le programme Commun) et qui a permis l’élection de François Mitterrand lors de l’élection présidentielle de 1981.

Une gauche française fragmentée

Le Premier ministre, Manuel Valls – et il n’est pas le seul –, a affirmé en février 2016 qu’il existe deux gauches irréconciliables. Puis des commentateurs ont parlé de trois gauches, distinguant alors une extrême gauche populiste, anti-allemande autant qu’anti-Euro sinon anti-Europe, incarnée par Jean-Luc Mélenchon, une gauche de gauche, à l’intérieur du PS, avec ceux qu’on a appelé les « frondeurs », et une gauche de droite, libérale, avec deux versions, l’une plutôt martiale et sécuritaire (Manuel Valls), l’autre semblant beaucoup moins autoritaire (Emmanuel Macron).

Le plus impressionnant, ici, tient à deux points. Le premier est le vide sidéral qui caractérise l’espace politique de la gauche entre ces deux derniers pôles, entre Macron et Valls d’un côté, et les « frondeurs », Arnaud Montebourg ou Benoit Hamon de l’autre côté : aucune personnalité ne semble en mesure d’incarner un lieu central entre ces deux pôles, et surtout pas le président sortant, François Hollande, à bien des égards discrédité, qu’il s’agisse par exemple de la déchéance de nationalité ou de ses résultats économiques.

Ce qui veut dire, deuxième point, que la gauche politique est en voie d’éclatement, que les logiques de la fragmentation sont plus fortes que les forces centripètes qui pourraient peser pour une ré-articulation de ses composantes. Ces logiques traduisent beaucoup plus que les seules carences des acteurs politiques en place – des acteurs qu’il ne faudrait pas pour autant exonérer de leurs fautes, de leurs jeux mortifères, de leur manque de vision pour l’avenir, etc. Il faut aussi considérer le « peuple de gauche », comme on dit parfois.

Les mobilisations les plus fortes sont défensives

Ce « peuple » a pris l’habitude de beaucoup attendre de l’Etat et des institutions, en même temps qu’il est partie prenante dans les tendances massives à l‘individualisme. Il peut être sensible à de grandes causes humanitaires, mais il est peu mobilisé s’il s’agit de modifier la société française elle-même.

Les tentatives pour faire vivre des débats citoyens sont limitées, ou sans lendemain, et « Nuit debout », dans ce que mouvement a eu de plus novateur, au début, s’est couchée. Les mobilisations les plus fortes, à gauche, sont plus défensives, on l’a vu à propos de la loi Travail, qu’offensives, tournées vers une vision de l’avenir, un projet de société.

Mais considérons une des rares expériences qui montrent que la gauche peut se relancer, celle de l’Espagne. La gauche classique dans ce pays est comme ailleurs affaiblie, à bout de souffle, comme l’indiquent les résultats du PSOE (le Parti socialiste) lors des dernières élections générales (77 députés élus seulement sur 350 en juin 2016). Mais avec Podemos, un nouveau souffle s’est exprimé, depuis 2014, témoignant d’un certain renouveau à gauche.

Encore faut-il immédiatement préciser que rien ne dit que les succès électoraux du début soient destinés à se répéter. Car plus Podemos est entré dans les jeux politiques et institutionnels classiques, et plus cette formation a semblé commencer au contraire à patiner, voire à s’enliser, ce dont témoigne son score, décevant pour elle aussi, lors de l’élection de juin 2016 (71 députés, et 21,1% des suffrages, contre 24,3 en décembre 2015).

Vers un déclin durable ?

Une leçon peut aisément être tirée de cette expérience, pourtant encore très courte : lorsqu’une force politique fait sienne de nouvelles aspirations sociales et culturelles, comme ce fut le cas à la naissance de Podemos, quand son manifeste fondateur parlait de « convertir l’indignation en changement politique » quand il s’agissait de prolonger au niveau politique l’action du mouvement des Indignados, alors, cette force peut entrer en résonnance avec les pans les plus actifs de la société et y trouver une source de dynamisme, puis une base électorale.

Le renouveau politique de la gauche viendra non pas des jeux actuels, vite pitoyables ou dérisoires si nous écoutons les candidats possibles à l’élection présidentielle, mais dans l’effort pour transcrire des attentes, des contestations nouvelles ou renouvelées, et pour les aider à s’affirmer. Ces attentes, ces contestations sont aujourd’hui faibles, ou peu audibles, peu capables de générer d’importants mouvements, elles ne sont pas pour autant inexistantes.

Mais ce n’est pas en utilisant les mêmes catégories, usées, que par le passé, les mêmes mots, les vieilles façons de faire de la politique qu’une gauche pourra se remettre en mouvement. La prochaine gauche aura besoin de concepts, et donc de liens avec le monde des idées et des connaissances, à commencer par celui des sciences sociales ; elle devra en finir avec l’arrogance des politiciens, et inventer d’autres relations avec les médias que ceux qu’implique la « com' ».

Et elle ne pourra se construire que si la société reprend confiance en elle-même, et invente des débats et des conflits dessinant un autre avenir que celui que nous promettent les obsédés de l’identité ou les promoteurs de la fermeture et de l’intolérance. Sinon, il n’est pas exclu que la gauche connaisse un déclin durable, et entre tout au moins dans une longue période de fragmentation et d’impuissance. Comme dans les années 1960.

 

Tribune de Michel Wieviorka, parue dans L’Obs Plus, le 26 septembre 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *