L’école est le lieu par excellence où l’on combat le racisme et les discriminations

Group of Elementary Pupils In Classroom

Ceux qui mettent en avant les concepts de « racisme d’État » ou de « racisme institutionnel » les présentent comme relevant des sciences sociales. Qu’en est-il ?

Les sciences sociales ne vivent que parce qu’elles sont critiques, donc même leurs concepts sont critiquables. Mais, aujourd’hui, il y a, en l’occurrence, surtout de la confusion. Le racisme institutionnel renvoie à l’idée d’une logique inscrite dans les structures de manière invisible, non explicite.

Dans cette perspective, les institutions peuvent être objectivement racistes sans que les individus qui les composent le soient nécessairement. On retrouve cette idée avec les catégories voisines de racisme systémique ou structurel. Or, dans le débat actuel, on brandit comme illustration du racisme institutionnel l’existence de comportements racistes dans la police ou l’administration. C’est en fait inapproprié, s’agissant d’individus qui se comportent consciemment et explicitement de manière raciste.

Quant au racisme d’État, c’est une tout autre histoire  : loin d’être inscrit dans des structures plus ou moins inconscientes, il est mis en œuvre par les dirigeants d’État qui savent ce qu’ils font et ce qu’ils veulent. Dire qu’il existe en France un racisme d’État, c’est dire qu’il existe une volonté, un projet de l’État. Cette catégorie s’applique à la période coloniale, à Vichy ou à l’Afrique du Sud de l’apartheid, mais certainement pas à la situation française d’aujourd’hui.

Mais les défenseurs de cette expression précisent que ce racisme n’est « ni intentionnel ni systématique »…

Dans ce cas, il vaut mieux utiliser un autre vocabulaire. Pour un fonctionnaire, le fait de se comporter de manière raciste est puni par la loi. Les tenants de la thèse du racisme d’État se contredisent : ils soutiennent que celui-ci est inscrit dans des mécanismes institutionnels structurels, et non dans les consciences, pour ensuite multiplier les exemples de racisme conscient.

Autre faiblesse : ils parlent de personnes « racisées », en ajoutant aussitôt qu’il ne s’agit aucunement de critères biologiques comme la pigmentation de la peau, mais d’une construction sociale. La notion est l’héritage d’une certaine sociologie américaine des années 1960-70, où tout devient construction sociale. Mais, si votre appartenance à un groupe discriminé vous fait désigner comme « racisé », cela vous amène à intérioriser cette construction, et revient donc à vous assigner à une « race ». Vous et d’autres. Dans cette façon de penser, on peut supposer que les « Blancs » relèvent aussi d’une construction sociale.

Ce discours présente deux dangers. Il renvoie à ce que Pierre Bourdieu appelait la violence symbolique  : des individus intériorisent la catégorie du dominant pour se penser eux-mêmes, ce qui est une forme d’aliénation. Et il contribue à la fragmentation de la vie collective. On commence par dire qu’il n’y a pas de races et on promeut l’image d’une société faite de groupes qui s’y apparentent. Telle est la perversion d’un dispositif intellectuel plus militant que sociologique.

Selon ce discours, l’école elle-même participerait de ce « racisme d’État »…

Que les promesses d’égalité et de fraternité ne soient pas tenues comme elles devraient l’être, c’est un fait. Que l’école puisse fabriquer ou même renforcer des logiques inégalitaires, on le sait depuis longtemps. Qu’il existe des discriminations, bien sûr. Que le racisme puisse s’y nicher, et qu’il puisse se produire des dérapages, des injustices dans lesquelles on pourrait identifier des restes du racisme colonial, bien entendu. Qu’il y ait des problèmes ici ou là, c’est clair. Mais, ces problèmes, l’école les affronte  ! La grande affaire de l’école, c’est qu’elle est le lieu par excellence où l’on combat le racisme et les discriminations. On le fait, certes, avec plus ou moins d’efficacité, mais le système éducatif fonctionne à l’opposé de toute visée raciste, ou, alors, il faut s’en prendre aux enseignants, aux personnels, à l’administration. C’est pour cela que je partage l’indignation du ministre de l’éducation. Les sciences sociales n’ont rien à gagner à être embringuées dans des discours qui fabriquent de la fracture, contribuent à fragmenter la société et à nous éloigner des valeurs universelles.

 

Entretien paru dans La Lettre de l’éducation .n°938, décembre 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *