Que sont les débats devenus ?

La vie des idées n’est jamais le reflet direct de la vie politique, mais les deux entretiennent quelque lien : on le constate dans la France d’aujourd’hui, où le débat intellectuel est tombé bien bas, quand il n’est pas inexistant, en même temps que le pouvoir semble ne devoir compter avec aucune opposition.

Ainsi, une polémique oppose actuellement deux camps qui se disent de gauche à propos de l’islam et de la laïcité. D’un côté, Charlie Hebdo, le magazine satirique, dont la ligne républicaine pure et dure implique une laïcité de combat, en phase avec les orientations de certains acteurs politiques, tel Manuel Valls. D’un autre côté, Mediapart, le journal en ligne, et son fondateur, Edwy Plenel, beaucoup plus ouverts vis-à-vis de l’islam.

L’argumentation est ici sans nuance, à l’appui d’une guerre idéologique dans laquelle les amalgames et les invectives l’emportent de part et d’autre, avec un vocabulaire ou des comparaisons historiques qui laissent pantois : les uns accusent Plenel et consorts de « complicité intellectuelle » avec le terrorisme et d’ « islamo-gauchisme », ce qui interdit tout échange policé. Les autres disent de Manuel Valls qu’il incarne « le recours national social » à l’image de Marcel Déat, ce député socialiste devenu ministre sous Vichy.

Pourquoi le débat tombe-t-il si bas ? L’explication est simple : ces excès traduisent la décomposition totale de la gauche classique, incapable depuis l’arrivée de François Hollande à la tête de l’État, en 2012, d’occuper le terrain et de promouvoir des réflexions, des analyses pertinentes. Faute de débat de fond, prospèrent la radicalité, les propos outranciers sans réelle épaisseur philosophique ou historique, la caricature.

De la polémique à la disparition

Quand le débat ne tourne pas à la polémique consternante, il disparaît, tout simplement. On vient de le voir avec le vote de la loi du 30 octobre 2017, « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ». Une loi qui, pour l’essentiel, fait passer dans le droit ordinaire les dispositions de l’État d’urgence.

Le gouvernement a fait passer cette loi sans difficulté. Certes, il était quelque peu critiqué sur sa droite par les tenants de mesures beaucoup plus dures, et sur sa gauche, par d’autres s’inquiétant au contraire de son caractère liberticide.

En d’autres temps, la critique aurait eu beaucoup plus d’écho : mais ici, le pouvoir n’a guère rencontré d’obstacle parlementaire sur sa route, n’a pas croisé de force capable d’imposer un vrai débat de fond, public. La loi, finalement, n’a été durablement contestée que par des associations humanitaires ou de droits de l’homme, des juristes et quelques personnalités intellectuelles, essentiellement sur le terrain du droit. Ici, nulle radicalité dans les propos et les postures. Mais une mobilisation modeste, des critiques ou des inquiétudes sans impact.

Cette tendance, dans notre société, ou bien à hystériser le débat ou bien à l’éviter, est caractéristique d’une phase historique où la politique n’est plus au cœur de la vie publique, en dehors de l’agitation de quelques-uns. Une phase post-politique, si l’on veut. Nous n’en sortirons que le jour où se mettra en place un système politique vivant, actif, avec une gauche et une droite en phase chacune à sa façon avec des attentes et des contestations populaires. On en est apparemment loin.

 

Tribune parue dans Ouest-France, le 4 décembre 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *