Charlie Hebdo. La liberté d’expression et ses limites

La commémoration des attentats de janvier 2015 a été l’occasion de souligner l’attachement des Français à la liberté d’expression. « Je suis Charlie » reste pour beaucoup un slogan fort, en réponse à la barbarie qui a visé une publication satirique accusée par les terroristes islamistes de blasphème. Du coup, les commentaires n’ont guère donné dans la nuance – il faut résolument défendre la liberté d’expression, sans la moindre compromission. Le point de vue du sociologue Michel Wieviorka.

Il n’a dès lors guère été question des limites de cette liberté, dont il faut rappeler qu’elle ne saurait autoriser l’incitation à la haine, les appels au meurtre, les atteintes à la vie privée, les propos discriminatoires, etc. Quelques-uns ont évoqué le refus de certains élèves, il y a trois ans, dans les écoles, de respecter la minute de silence demandée par le gouvernement en hommage aux victimes des attentats, mais rarement en indiquant la principale explication avancée par les intéressés : il y aurait selon eux deux poids, deux mesures, selon qu’il s’agit des juifs ou des musulmans, et selon qu’il s’agit de blasphémer le prophète Mahomet ou de tenir comme Dieudonné des propos hostiles aux juifs.

On pourra regretter qu’aucune voix, parmi celles qui ont défendu ces jours-ci une République intransigeante dans son attention à la liberté d’expression, n’ait pris le soin de signaler les limites de cette liberté, ce qui est la meilleure façon de répondre aux critiques du « deux poids, deux mesures ». Et peut-être aussi, ce qui n’est pas aussi facile, de montrer que le blasphème « à la Charlie » n’est en aucune façon une incitation à la haine.

Peut-on tout publier ?

La question est d’autant plus embarrassante qu’elle se pose dans un contexte où le complotisme atteint nombre de nos concitoyens, comme viennent de le montrer la Fondation Jean-Jaurès avec le site Conspiracy Watch, et où l’antisémitisme est à la hausse en France comme dans d’autres pays, et dans des milieux plus variés qu’on pourrait croire.

Peut-on publier des écrits fonctionnant sur le registre de la haine antisémite ? Oui, mais avec prudence, ont commencé par dire les éditions Gallimard en décembre 2017, lorsqu’a fuité leur projet de rééditer les pamphlets antisémites de Céline. L’idée était d’accompagner cette publication d’un « appareil critique », comme si les lecteurs de Bagatelle pour un massacre ou de L’École des cadavres étaient incapables de traverser un rideau de précautions scientifiques et érudites pour faire leur miel de la prose de la haine.

Les éditions Gallimard ont fait marche arrière le 11 janvier et suspendu leur projet « jugeant, a dit leur président, que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies pour l’envisager sereinement ». Mais le mal est fait. Les uns voient dans ce renoncement la conclusion d’une manoeuvre avortée qui, si elle avait abouti, aurait vraisemblablement contribué à ouvrir toujours plus haut les vannes de l’antisémitisme. D’autres relèvent les pressions exercées sur Gallimard, dont la liberté d’éditeur aurait été bridée ; et certains ne manquent pas de souligner, mezzo voce, que ces pressions sont provenues pour l’essentiel du monde juif, de certains de ses responsables institutionnels, du Crif, de l’ambassade d’Israël, d’intellectuels juifs.

Cette affaire finalement confuse nous le rappelle : la liberté d’expression est notre richesse démocratique, encore faut-il clairement en fixer et en respecter les limites.

 

Cet article est paru dans Ouest-France, le 15 janvier 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *