ETA, Daech : comment sort-on du terrorisme ?

europa, spagna, paesi baschi, san sebastian, bandiere eta

Après avoir annoncé la fin pour elle de la lutte armée en 2011, et avoir déposé les armes en avril 2017, l’organisation basque ETA vient de publier un communiqué où elle exprime ses « regrets » pour ses victimes liées à l’État espagnol, policiers, militaires, élus, et demande pardon aux autres. Elle devait faire connaître sa dissolution le 5 mai 2018 : ainsi s’achève un cycle historique inauguré en 1959.

Les mouvements terroristes, les guérillas ont un commencement, un apogée, et une fin, et à chaque étape de leur existence, ils sont susceptibles d’emprunter plusieurs chemins, ils font des choix.

Il peut arriver qu’ils prennent tôt la décision d’abandonner le recours à la violence, voire même qu’ils s’arrêtent au bord du gouffre, au moment où ils préparent leurs toutes premières opérations clandestines. Ou qu’ils se scindent, entre ceux qui désirent poursuivre la lutte armée, et ceux qui souhaitent s’engager dans une action politique non violente –ETA a connu plusieurs scissions de ce type dans son histoire. Parfois, aussi, le terrorisme est un élément d’une guerre qui aboutira à la construction d’un État –certains des fondateurs de l’État d’Israël ont été des terroristes. Ou qu’il annonce une révolution, comme dans la Russie tzariste avant les révolutions de 1905 et surtout 1917.

La fin d’une expérience terroriste ou de guérilla ne signifie pas nécessairement celle de la violence, elle peut éventuellement laisser la place à d’autres formes de violence. C’est une inquiétude que l’on peut avoir aujourd’hui à propos de la Colombie, où la paix signée entre le pouvoir et les FARC devenant acteur politique a abouti à ce que des territoires privés de l’ordre que faisait régner la guérilla deviennent le terrain du crime organisé et de violences diffuses, infra-politiques. Enfin, ce n’est pas parce qu’un cycle s’achève que toute résurgence d’une organisation de lutte armée est exclue : on l’a vu en Italie, par exemple, où les Brigades Rouges sont réapparues à plusieurs reprises après que leur fin ait été clairement établie.

Deux questions méritent dès lors d’être formulées à partir des annonces récentes d’ETA.

La première, décisive, est celle de l’explication de cette sortie de la violence. Deux propositions principales se distinguent ici, mais aussi se complètent. L’une met en avant la fermeté de l’Etat espagnol, l’efficacité de ses institutions, y compris garantes de l’ordre et de la sécurité : ETA, ici, aurait perdu la guerre face à un ennemi qui s’est révélé finalement tenace et efficace sur le long terme. La police, l’armée espagnoles ont su arrêter les dirigeants d’ETA, et empêcher le recrutement de nouveaux activistes, trouver les caches d’armes, exercer une pression de plus efficiente au nom de l’État de droit et de la démocratie. Cette explication sort renforcée si l’on considère les changements politiques et géopolitiques qui ont pu bénéficier à l’État espagnol : fin de la dictature franquiste et passage à la démocratie, et, du coup, coopération avec la France pour affronter ETA, entrée de l’Espagne dans l’Union européenne.

La deuxième proposition considère la société basque et sa relation à la lutte armée d’ETA. Plus la nation basque recevait des marques de reconnaissance avec la démocratie – la possibilité pour Euskadi d’avoir sa police, son administration, une certaine autonomie fiscale, ses écoles où la langue basque peut être enseignée, ses médias eux aussi en langue basque, etc.,- et plus l’organisation séparatiste perdait sa légitimité aux yeux de la population basque. On s’éloignait chaque jour davantage de l’époque où de marges courants de sympathie avaient pu entourer le procès de Burgos (1970), ou l’assassinat (20 décembre 1973) par un commando d’ETA de l’amiral Carrero Blanco, le seul responsable politique qui aurait pu assurer la survie du franquisme après la mort de Franco. Ne restait plus pour ETA qu’à s’engager dans une violence illimitée, aveugle, et coupée des attentes populaires, et à tenter jusqu’à l’absurde d’apporter la preuve que l’Etat espagnol de la démocratie ne vaut pas mieux que celui de Franco tant il serait répressif. ETA est devenue un acteur parlant de façon de plus en plus artificielle au nom d’une société qui ne pouvait plus se reconnaître en elle, jusqu’au moment où elle a pris acte d’une situation devenue intenable pour elle.

Tout n’est pas réglé en ce qui concerne ETA, ne serait-ce qu’en raison des demandes liées à la politique pénitentiaire de l’Etat espagnol, que contestent les détenus basques, leurs avocats et leurs amis. Toujours est-il que l’organisation terroriste n’avait plus d’espace politique pour se maintenir, et que la victoire de l’Etat espagnol doit beaucoup à l’épuisement social et politique du mouvement séparatiste violent.

D’où une deuxième question. La fin d’ETA est celle d’un mouvement qui a trouvé sa place dans une conjoncture historique donnée. Ce n’est pas la fin du terrorisme en général, et l’Espagne le sait bien, qui a connu d’importantes attaques, à Madrid le 11 mars 2004, à Barcelone et à Cambrils en août 2017. Peut-on concevoir, comme pour ETA, une fin de la violence ? Il y faudrait, si notre analyse d’ETA est juste, que deux conditions soient remplies.

En premier lieu une capacité policière et militaire adaptée de la part de l’Etat espagnol. Ce qui ici est plus difficile qu’avec ETA car les dimensions géopolitiques du djihadisme sont bien plus complexes, et ses réseaux globaux. Et en deuxième lieu, un affaiblissement net du lien entre les idéologues du terrorisme islamiste,, qui sont aussi ses organisateurs, et les populations concernées qui pourraient trouver un certain sens au djihad, à commencer parmi les musulmans d’Espagne, mais aussi de France et d’autres pays européens.

On notera ici, simplement, quelques signes permettant de ne pas désespérer, sinon d’être optimiste. D’abord, Daech, qui a les principales responsabilités dans les attaques terroristes les plus récentes, est en cours de liquidation, du moins s’il s’agit du Califat, ce quasi-Etat qu’elle avait construit en Syrie et en Irak. Elle garde sa capacité de fonctionner en réseau, mais perd son pouvoir d’attraction, elle n’est plus une force montante susceptible de séduire de jeunes musulmans, elle ne peut plus offrir un territoire où vivre pleinement sa religion, elle est perdante. Ensuite, on constate qu’aujourd’hui, les auteurs d’attentats terroristes commencent à être jugés, dans plusieurs pays d’Europe. L’Etat de droit et sa justice prévalent, ce qui relativise les images héroïques et parfois romantiques de ces auteurs. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’affaire Tariq Ramadan : ce prédicateur dot l’influence était considérable emprisonné pour des violences sexuelles graves apparaît comme un Tartuffe dont le discours public, religieux et moral, était totalement décalé par rapport à ses conduites privées. Même s’il n’a rien à voir avec les attentats terroristes islamistes, les accusations dont il est l’objet et sa détention consécutive affaiblissent les courants de compréhension qui pouvaient entourer une certaine radicalité musulmane.

Rien ne permet d’affirmer que s’achèvera rapidement le cycle terroriste islamiste ouvert pour l’Espagne à Madrid en 2004 ; mais l’expérience d’ETA suggère clairement la voie à suivre : conjuguer le travail répressif, militaire et policier, dans le respect permanent de l‘Etat de droit, et les efforts pour accompagner les populations musulmanes d’Espagne, et d’Europe, sur les chemins du refus de la radicalisation, et donc d’un éloignement absolu par rapport à toute compréhension ou sympathie, même vague, pour les actes terroristes menés abusivement au nom de leur foi.

 

Tribune parue en espagnol dans la Vanguardia le 14 mai 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *