Penser global dans un monde qui se déglobalise

Dans les années 80 et plus encore 90, l’heure était à la mondialisation de l’économie. En même temps, se mettaient en place les catégories permettant de penser cette évolution. Il a très vite été question de néo-libéralisme, de triomphe de l’argent et des marchés dans un monde qui sortait de la Guerre Froide et où, effectivement, les forces économiques semblaient se jouer de la politique, des États et de leurs frontières. Le capitalisme, financier avant tout, était apparemment irrésistible.

Quelques-uns s’en réjouissaient, comme l’idéologue et hommes d’affaires Alain Minc vantant dans un livre la « mondialisation heureuse », d’autres au contraire s’indignaient, critiquant l’ « horreur économique », comme la journaliste Viviane Forrester, et dénonçaient alors la « pensée unique », la subordination de la vie intellectuelle à une visée toute entière à la dévotion de l’économie néo-libérale, incapable d’imaginer d’autres manières de réfléchir, et de lancer d’autres propositions. Le « consensus de Washington » régnait, il fallait s’y plier, ou entrer dans un conflit frontal et généralement sans nuance avec lui. Ceux qui tentaient d’animer ce conflit relevaient le plus souvent de gauches plus ou moins radicales.

La mondialisation économique s’est avérée être également culturelle et même, plus profondément, anthropologique, annonçant une nouvelle ère pour l’humanité. Les technologies de communication, Internet en tête, et la digitalisation de nombre de nos activités semblaient rendre accessibles à tous des possibilités inouïes d’accès à l’information et d’interactions planétaires, immédiates et démultipliées. Les réseaux sociaux étaient perçus comme un formidable progrès au service des valeurs universelles, du droit et de la raison. Dans le monde entier, des diasporas se constituaient ou se renforçaient, dessinant un paysage dense, fonctionnant à l’échelle de la planète, des « communautés imaginaires », selon l’expression de l’anthropologue Arjun Appadurai.

Certes, déjà à l’époque, des voix se faisaient entendre pour décrire un monde où la globalisation économique n’empêchait pas l’existence d’oppositions majeures, comme dans la thèse de Samuel Huntington sur le « choc des civilisations » ; de même, on notait que la mondialisation économique n’exerçait pas nécessairement des effets univoques, et suscitait des résistances notamment culturelles, des appels par exemple à d’autres modes de consommation – des courants environnementalistes ou écologistes ont par exemple plaidé pour la « démondialisation », qui consiste d’abord à consommer ce qui est produit localement. Mais ces phénomènes ne semblaient pas de nature à mettre en cause le triomphe de l’économie globalisée.

Dans ce contexte sont apparues des approches générales proposant de renouveler les sciences humaines et sociales en les globalisant, elles aussi, en les détachant des approches classiques qui fonctionnent dans le cadre traditionnel de l’Etat-nation. C’est ainsi que le sociologue Ulrich Beck a formulé sa thèse du « cosmopolitisme méthodologique », l’idée étant qu’il fallait désormais analyser les faits sociaux en tenant compte de la « cosmopolitisation du monde » – c’est-à-dire du fait que même très local, un problème ou un événement ne se comprend bien qu’en examinant les logiques mondiales et régionales qui le façonnent. J’ai moi-même proposé dans plusieurs livres et articles de « penser global » et de développer des recherches prenant en compte divers niveaux, du plus général et mondial, jusqu’au plus local, voire au plus subjectif et individuel.

Or aujourd’hui, partout dans le monde, de puissantes forces politiques se constituent et se renforcent pour proposer des formules qui se heurtent, mais partiellement seulement, aux logiques économiques de la globalisation. Ces forces en appellent à la fermeture de la nation sur elle-même, en même temps qu’à l’homogénéité culturelle de la société. Etonnamment, ce sont elles qui trouvent le chemin sinon d’une opposition directe à la globalisation économique, du moins au refus de l’affaiblissement des Etats et de leur incapacité à dresser de solides frontières. Ce ne sont pas des mouvements de gauche ou d’extrême-gauche qui mènent le bal, alors même que les premières critiques du néo-libéralisme provenaient de ces mouvements et d’intellectuels qui en étaient proches.

Ces forces populistes, nationalistes ou d’extrême-droite trouvent une bonne partie de leur clientèle électorale dans des secteurs que l’ouverture économique au monde contribue à décomposer ou à affaiblir, ou qu’elle inquiète confusément : ouvriers dont les usines ont fermé les unes après les autres, couches moyennes en chute sociale, et découvrant que les enfants vivront moins bien que les parents, jeunes pour qui l’accès aux études risque d‘être fermé, etc. Elles détestent les élites, qu’elles associent aux images de la globalisation, et sont convaincues que les migrants sont source de leur malheur; elles transforment leurs peurs et leurs difficultés économiques en hantise pour leur identité culturelle. Et leur poids politique est considérable. On leur doit le Brexit, la présidence de Trump, avec son hostilité aux migrants et la taxation de certaines importations, et divers régimes liés à l’extrême-droite en Europe centrale et, désormais en Italie.

Ces forces sont ambivalentes s’il s’agit de la mondialisation économique, qu’elles ne rejettent pas systématiquement du point de vue idéologique. Mais plus il s’agit pour elles de montrer que l’Etat doit être fermé, et ses frontières imperméables, et plus il leur faut s’inscrire dans des perspectives protectionnistes dont la présidence de Trump est une illustration. Plus elles mettent en cause non seulement la libre circulation des personnes, dont elles ne veulent pas, mais aussi celles des marchandises et dès lors des capitaux. Le monde, avec la montée de ces forces, entre dans une ère où il deviendra plus difficile de parler de globalisation économique.

Faudrait-il dès lors cesser de « penser global », et en revenir à des analyses des faits et problèmes sociaux limitées au seul cadre de l‘État-nation et, pour ce qui est de la vie mondiale, à celui des relations dites internationales ? Un complet retour en arrière est improbable, pour deux raisons.

La première est que les logiques de la globalisation ne disparaissent pas pour autant. L’omniprésence de firmes multinationales, notamment dans le secteur du numérique, l’impact des grandes marques, celui aussi d’évènements globaux, notamment sportifs, Jeux Olympiques ou « mondial » de football, ou bien encore le rôle mondial des technologies de communication demeurent au cœur de la vie collective.

Deuxième raison incitant à continuer à « penser global » : le constat que les valeurs universelles semblent un peu partout menacées, et avec elles, la conscience d’appartenir à un seul et même monde, une seule et même humanité. La planète se fragmente. Les réseaux sociaux fonctionnent comme des communautés relativement fermées sur elles-mêmes. Et on l’a vu, le populisme, le nationalisme, et les extrémistes prospèrent. Dans ces processus de fermeture et de fragmentation, des violences, des heurts se profilent, à tous les niveaux : nous ne le comprendrons qu’en continuant à « penser global », en reconnaissant que ces phénomènes doivent beaucoup aux dérives d’une globalisation économique, qui a renforcé les inégalités entre les nations, comme au sein des sociétés, et en réfléchissant à nouveaux frais, pour réinventer l’articulation des valeurs universelles et de l’idée de progrès, avec l’ouverture au monde. Le populisme, le nationalisme, l’extrémisme nous poussent vers la fermeture de nos pays : ceux qui souhaitent un monde ouvert doivent continuer à « penser global », non pas en accompagnant sans la critiquer la mondialisation inaugurée dans les années 80, non pas en la rejetant purement et simplement, mais en la sommant de se transformer.

 

Tribune parue sur la Vanguardia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.