La poussée des fanatismes et la crise de la démocratie

Sur une photo publiée le 23 mai dernier par le quotidien israélien Haaretz, David Friedman, l’ambassadeur américain à Jérusalem, à peine installé dans ce qui est désormais officiellement pour son pays la capitale de l’État hébreu, regarde avec le sourire un poster qui est tout sauf anodin : ce document représente une simulation d’une vue aérienne de ce que serait l’esplanade du Temple si elle était débarrassée de la mosquée Al Aqsa et du Dôme du Rocher, troisième lieu saint de l’islam, et si à la place y était installé le troisième Temple que des mouvements messianiques juifs espèrent pouvoir y construire.

L’ambassade des États-Unis a fait savoir qu’elle était « désappointée » de la controverse suscitée par cette photo, qui ne correspondrait pas en réalité à sa position sur ce sujet ; elle affirme ne pas vouloir entendre parler d’une mise en cause du statu quo actuel au sujet du Mont du Temple. Achiya, l’organisation juive qui avait organisé l’événement au cours duquel le poster controversé avait été montré à l’ambassadeur, lui a présenté ses excuses, expliquant que cet épisode n’était pas prévu au programme initial: l’incident serait clos.

Il n’empêche : cette affaire est révélatrice d’un problème considérable, qui tient à la façon dont aujourd’hui, en Israël, aux États-Unis, mais aussi dans bien des pays finalement, la religion, dans ses formes souvent les plus outrées, joue un rôle décisif dans notre vie politique et géopolitique.

Le projet messianique juif que condense le poster montré à l’ambassadeur américain est particulièrement agissant en Israël. L’action du gouvernement de Netanyahu est dans son pays comme indissolublement liée à des forces religieuses extrémistes qui veulent débarrasser purement et simplement ce qu’ils considèrent être la terre des Juifs de toute présence musulmane. Le projet fondateur sioniste de Theodore Herzl, à la fin du XIXème siècle, était national et démocratique, et ceux qui à sa suite ont créé l’État d’Israël voulaient dans l’ensemble perpétuer sa vision ; aujourd’hui, le nationalisme hébreu est violent, et lesté de visions religieuses qui ont chaque jour plus de poids. L’assassinat d’Yitzhak Rabin en 1995, les implantations de colons (400 000 à ce jour) dans les territoires occupés, la « judéisation » à marche forcée de Jérusalem-Est (la partie arabe de la ville), et l’adhésion massive de l’opinion publique israélienne à la politique de Donald Trump, etc. : tout va dans le même sens, celui voulu par un courant religieux certes minoritaire, mais capable d’exercer un puissant effet d’entraînement.

Si l’ambassadeur Friedman a pu se fourvoyer un instant, et se laisser photographier comme favorable à l’idée d’un Temple juif construit sur les décombres d’un lieu saint de l’islam, quitte ensuite à déplorer cette image, c’est dans le contexte d’une géopolitique américaine et d’une stratégie du Président Donald Trump qui est avant tout conforme aux attentes d’une forte partie de ses électeurs et donc interne aux États-Unis. Pour le comprendre, il suffit de constater qu’au sein de son électorat, beaucoup se réclament d’églises évangéliques, dont certaines particulièrement influentes. Pour ces courants protestants influents, il convient dans un premier temps d’aider les Juifs de la diaspora à revenir en terre sainte, et à occuper pleinement la Judée et la Samarie dans la perspective d’Armaggedon, la fin du Monde qui verra dans un deuxième temps les mêmes Juifs disparaître et le Royaume (chrétien) de Dieu se mettre en place. Ce n’est pas un hasard si pour l’inauguration de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, le 13 mai dernier, deux pasteurs évangéliques, John Hagee et Robert Jeffress, connus par ailleurs pour leurs propos antisémites, avaient été invités à la cérémonie : ils lui conféraient la dimension religieuse voulue par Trump. Non pas pour flatter l’électorat juif aux États-Unis, qui en fait est plutôt hostile à sa politique. Mais pour satisfaire cette base évangélique que la diplomatie américaine entend servir. L’impact de l’alliance improbable d’extrémisme ou de radicalité protestante aux États-Unis, et de nationalisme messianique juif en Israël est déterminant.

Ce type de phénomène où la religion commande le politique, sous des formes radicales, sectaires, éventuellement violentes, avec généralement de fortes tendances au messianisme ou à l’eschatologie correspond, au plus loin des Lumières, à des visions de la fin du monde et du destin de l’homme après sa mort.

Il se rencontre dans bien des pays, et il y a là, en particulier, une des clés mondiales de ce que nous observons au Proche-Orient avec l’islamisme, sous diverses variantes : c’est cette radicalité de l’islam qui a conduit à la lutte armée et au terrorisme depuis le milieu des années 80, faisant de la région un véritable laboratoire du terrorisme global. C’est le cas notamment avec le Hamas, à Gaza, le Hezbollah, au Liban, ou encore avec Al Qaeda et Daech. Et si l’on considère l’Asie, on constate que non seulement un islamisme extrême, éventuellement violent, s’y déploie aussi dans plusieurs pays, mais que d’autres religions sont porteuses de logiques comparables, l’hindouisme notamment.

En même temps, nombre d’observateurs, surtout dans notre partie du monde, mettent l’accent sur d’autres caractéristiques des principales évolutions qui modifient la planète : à longueur d’analyses, il nous est alors expliqué que le monde entier se droitise, que l’autoritarisme est partout à la hausse, et que les systèmes politiques classiques gauche-droite sont en crise, et ce plus à gauche qu’à droite.

Est volontiers aussi soulignée alors la montée des populismes, le plus souvent liés à des droites nationalistes et extrémistes, parfois aussi avec un tropisme de gauche, comme dans les mouvements politiques se réclamant positivement de l’expérience contemporaine du Venezuela de Chavez et Maduro. Et dans bien des cas, ce qui est alors observé en matière religieuse est avant tout le déclin du catholicisme, qui effectivement perd son emprise sur bien des populations. Mais faut-il séparer la montée en puissance de la religion, qui souvent envahit l’espace politique, et d’autres phénomènes non moins politiques d’où elle semble absente ?

En fait, qu’il s’agisse de la poussée des religions, dans certains pays, ou de la crise politique, dans d’autres pays, qu’il s’agisse parfois même, comme en Israël et aux États-Unis, des deux à la fois, une seule et même logique est à l’œuvre : c’est celle de la décomposition de l’universalisme et de l’humanisme au profit de l’irrationnel, de la haine de la démocratie et de la violence. Il est urgent que des voix, de plus en plus nombreuses, se fassent entendre pour critiquer cette régression fatale.

 

Tribune parue dans la Vanguardia le 4 juin 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.