Comment appréhender la violence dans le monde ?

Une récente rencontre organisée au Liban par la Fondation Maison des sciences de l’Homme et l’Université américaine de Beyrouth montre qu’en mettant en commun leurs analyses, chercheurs et acteurs peuvent contribuer utilement à une meilleure appréhension de la violence.

Venus du monde entier, relevant de diverses disciplines, près de cent chercheurs ont débattu entre eux, mais aussi avec des experts et des acteurs : dirigeants politiques, d’ONG, d’organisations internationales, journalistes, etc. Voici trois leçons à tirer de cette rencontre.

Nous n’en avons pas fini avec Daech

Première leçon : face au terrorisme global, l’analyse doit être globale et articuler ce qui se joue dans le monde occidental, et ce qui se passe au Moyen-Orient. Toute perspective unilatérale est trompeuse, car partielle.

Ainsi, vu de France, la menace pourrait sembler aujourd’hui moins vive : Daech cesse de pouvoir exister comme un quasi-État, des terroristes sont jugés, les images romantiques de son action auprès, par exemple, de jeunes filles en quête de sens, d’amour et d’expérience initiatique tournent à la débâcle ; le gendarme Beltrame a fait que l’héroïsme a changé de camp. Bref, Daech ne pourra plus recruter sur les mêmes bases.

Mais, lorsqu’on écoute le débat entre des chercheurs de la région, et Mala Bakhtiyar, un dirigeant du Kurdistan irakien, on voit que Daech n’a pas seulement régné par la terreur mais exerce aussi une forte attraction idéologique sur ces populations. Sur le terrain, elle conserve une réelle emprise, une capacité d’action, des armes, des combattants. Et la France continue à faire partie de ses ennemis prioritaires.

Nous n’en avons pas fini avec Daech. Les récents attentats ne doivent pas nous endormir : leurs auteurs semblent isolés et plutôt déséquilibrés mentalement, mais cela ne relève peut-être que d’une phase transitoire.

Il n’y a pas un modèle unique de « radicalisation »

Deuxième leçon : connaître le contexte local, le terrain, l’histoire des acteurs impliqués dans la violence est indispensable pour tenter d’en sortir. Les analyses générales, les propositions trop tranchées, par exemple sur le rôle de la religion, du salafisme plus particulièrement, doivent être nuancées par des connaissances acquises sur place.

Qu’il s’agisse du passage à l’acte, ou des politiques pour prévenir la violence et accompagner ou faciliter sa sortie, une grande diversité règne dans l’expérience des uns et des autres : il n’y a pas un modèle unique de « radicalisation », ni une seule modalité de « déradicalisation ». Au lieu de chercher « le » modèle qui explique l’une, ou « la » modalité » qui permette l’autre, il faut faire preuve de grande modestie, et admettre que chaque cas est singulier.

Troisième leçon : il est naïf de croire que l’on sort aisément et sans dommage de la violence. Une expérience qui prend fin peut même laisser la place à une autre. Ainsi, les accords de paix en Colombie, en transformant la guérilla des Farc en force politique légale, ont-ils eu un effet dramatique : ils laissent des territoires entiers passer du contrôle de type étatique qu’exerçait la guérilla, en redistribuant des ressources ou en organisant a minima la santé ou l’éducation des enfants, à un vide que remplit la domination brutale de groupes mafieux.

On pourrait tirer de nombreuses autres leçons de cette rencontre : elle suggère que face à la violence, la puissance publique a tout à gagner à s’intéresser réellement aux analyses et aux propositions émanant de la recherche.

 

Tribune parue dans Ouest France le 2 juillet 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.