Le populisme… et après

Depuis le milieu des années 80, dans de nombreux pays, les glissements de la démocratie vers la radicalité, voire l’extrémisme, presque toujours de droite, ont entièrement renouvelé les paysages politiques. Le nationalisme est apparu comme la grande idéologie accompagnant ces évolutions, généralement mâtiné de racisme et de xénophobie, et les thèmes les structurant le plus nettement ont été culturels et religieux –on dit aussi : sociétaux, ou identitaires. L’immigration, la religion, à commencer par l’islam, et l’insécurité, vite rapportée au terrorisme islamiste, sont devenues des préoccupations prioritaires, souvent apparemment plus lancinantes que le revenu ou l’emploi. Et pour désigner certaines modalités de ces transformations contemporaines de la politique, un vocable a été de plus en plus couramment utilisé : le mot populisme, le plus souvent associé aux images négatives de la démagogie et de la menace pour la démocratie.

Le terme de populisme n’a en fait jamais reçu de définition précise pleinement satisfaisante. Des ouvrages savants, des colloques ont tenté en vain d’y parvenir, et de nombreux travaux de sciences politiques ou de philosophe politique continuent de s’échiner sur cette tâche, parfois même en proposant, comme avec Chantal Mouffe ou Ernest Laclau, de lui conférer une signification positive, et marquée à gauche. Le terme a pour lui la force de l’évidence dans le discours de la vie ordinaire, ou dans les médias, mais certainement pas la conceptualisation qui le rendrait vraiment utile.

Il est vrai qu’il existe de grandes différences d’une expérience dite « populiste » à une autre, des « narodnicki » russes qui allaient au peuple aux populismes qui ont fleuri en Amérique latine au milieu du XXème siècle, avec Peron en Argentine ou Vargas au Brésil par exemple. Il y a aussi des traits communs, notamment : l’appel au « peuple » contre les élites, le refus de devoir passer par des médiations entre ce même peuple et son leader, qui est nécessairement doté d’un puissante charisme, et donc le rejet de la démocratie représentative au profit de la démocratie directe, la promesse faite au peuple qu’il restera lui-même tout en se transformant.

C’est cette dernière dimension qui ici doit attirer notre attention : le populisme est un discours imaginaire, mythique, qui synthétise des éléments contradictoires jusqu’au moment où les contradictions deviennent intenables, en particulier lorsque les acteurs se confrontent concrètement au réel, s’approchent du pouvoir, ou y accèdent, même très partiellement, à l’occasion d’une alliance électorale par exemple.

C’est ce qu’on observe dans plusieurs pays d’Europe, où des forces populistes, intégrant d’importantes références à l’idée de nation (on a parlé parfois de « national-populisme ») exercent une attirance croissante sur la population. Cette séduction, en démocratie, quand elle se solde par des succès électoraux, aboutit paradoxalement à la déstructuration du discours populiste, tout simplement parce que celui-ci ne permet pas durablement d’agir en politique, et encore moins d’exercer le pouvoir d’État. A partir de là, ceux qui ont été porté aux affaires sur un mode populiste, ou sont devenus des acteurs en vue, ne peuvent plus continuer à fonctionner de façon hautement contradictoire : le populisme éclate, ses éléments constitutifs se dissocient. Et dans cette dissociation, on voit apparaître, de façon très variée, deux logiques qui ont leur cohérence et leur force.

La première est celle du nationalisme qui se radicalise, voire devient extrême : c’est ce que l’on observe avec certains régimes d’Europe centrale, en Hongrie, en Pologne, en Autriche, où la phase national-populiste a laissé la place à des pouvoirs nationalistes anti-européens, racistes, xénophobes, plus ou moins antisémites ; c’est encore plus nettement ce que donnent à voir les partis extrémistes, qui sèment la violence dans plusieurs pays, en Grèce avec Aube Dorée, en Italie avec Casa Pound, en Allemagne avec l’AFD (Alternative für Deutschland), etc.

La deuxième logique qui peut surgir dans la déstructuration des discours populisme est celle de l’autoritarisme. L’autorité est attendue alors par une partie de la population désireuse d’un pouvoir de plus en plus autoritaire, au point de devenir éventuellement dictatorial. Le populisme enfante alors la militarisation du régime, la répression massive des opposants, les purges, comme en Turquie, où l’on pourrait dire de la trajectoire du Président Recep Tayyip Erdogan, qu’elle a commencé sur un mode l’apparentant à la démocratie chrétienne (en l’occurrence, musulmane) pour devenir populiste, et ensuite, qu’il a centralisé presque tous les pouvoirs sous une forme particulièrement autoritaire et répressive avant de sceller une alliance avec les ultranationalistes panturcs du NHP. Le mot « autoritarisme », tout en ayant un contenu plus précis que celui de « populisme », est lui aussi un peu vague. Il peut en effet s’appliquer aussi bien à des régimes ou des appels démocratiques, au désir par exemple d’un pouvoir exécutif fort, capable le cas échéant de s’affranchir des éventuelles entraves que pourraient constituer pour lui le judiciaire et le législatif, qu’à des dictatures militaires.

Il ne faut donc pas confondre le populisme avec le nationalisme, l’extrémisme et l’autoritarisme qui en sourdent éventuellement.  Le premier mène éventuellement aux suivants dans sa déstructuration, il peut aussi se dissoudre dans la démocratie, n’avoir été qu’une vague, comme ce fut le cas aux États-Unis avec le People’s Party, dit aussi Populist Party au tournant du XIXème et du XXème siècle. Ou bien se décomposer dans la montée d’un processus révolutionnaire, comme en Russie à peu près à la même époque.

Il n’y a aucune fatalité dans l’évolution qui conduit vers le populisme, puis, surtout, dans sa disparition au profit d’autres logiques. L’essentiel est ici de reconnaître le caractère transitoire du phénomène populiste, qui en lui-même n’est pas nécessairement porteur du pire, qui peut préfigurer des mouvements sociaux ou politiques facteurs de progrès et de démocratie, mais qui peut aussi et surtout libérer dans sa décomposition de l’extrémisme, du nationalisme radical et de la violence. Les sciences politiques auraient tout à gagner non pas à continuer à rechercher une définition introuvable du populisme, mais à analyser les conditions qui en rendent la déstructuration vivable, voire positive, ou qui au contraire détruisent la démocratie.

 

Tribune à paraître en espagnol dans la Vanguardia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.