Macron : une équation politique insoluble

Le président Emmanuel Macron lors de sa visite au Danemark, le 29 août 2018 à Copenhague. | AFP / LUDOVIC MARIN

Après les affaires Benalla, Nyssen… Et la démission de Nicolas Hulot, son ministre de l’Écologie, Emmanuel Macron qui semblait être une synthèse inédite de ce qu’il y avait de meilleur à gauche et à droite, tend à devenir insoluble.

Avant même l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État, un constat faisait presque l’unanimité : celui de la décomposition des forces politiques classiques, de la gauche comme de la droite. L’édifice qu’elles incarnaient était mité ; son effondrement, au printemps 2017, a surtout laissé des ruines et de la poussière.

Les oppositions se sont réduites dès lors à la radicalité et à la démagogie, et le nouveau pouvoir a eu toute latitude pour empêcher aussi bien la droite que la gauche traditionnelles de reprendre du poil de la bête. Il incarnait alors la capacité de réunir ce qui, des deux côtés, relevait d’orientations réformistes. Il constituait un large centre, qui débordait largement sur ses deux flancs.

Sonnées, en proie à leurs divisions internes, la gauche et la droite classiques étaient incapables d’inventer une vision alternative pour se projeter avec quelque crédibilité vers l’avenir. De ce point de vue, rien n’a changé : ce qui reste de ces forces politiques continue à peu parler à l’opinion, et semble mal adapté aux grands défis du moment.

La nouveauté est plutôt du côté du pouvoir. Non pas qu’il ait à craindre en matière institutionnelle : sa majorité à l’Assemblée, sauf crise majeure, est solide. Il pourra continuer à légiférer sans trop d’entraves. Mais il est affaibli sur le fond.

En s’accumulant, les « affaires » – Benalla, Nyssen, etc. -, pourtant chacune médiocre et d’une importance toute relative, réduisent les dimensions morales qui, au départ, faisaient partie de sa légitimité. Nicolas Hulot, en démissionnant, est venu dire que l’écologie n’était pas au cœur des orientations d’un pouvoir dont par ailleurs, au fil des mois, la fibre sociale s’est révélée bien mince. On parle de plus en plus du « Président des riches ». Ajoutons à ce constat une croissance qui déçoit, et avec elle des perspectives budgétaires peu réjouissantes.

La crainte d’être déçu

Dans ces conditions, les réformes promises ou souhaitées par le pouvoir deviennent problématiques, ou ne sont qu’imparfaitement mises en œuvre. Surtout, l’équation politique qui faisait d’Emmanuel Macron une figure de l’avenir jeune et efficace, une synthèse inédite de ce qu’il y avait de meilleur à gauche et à droite, tend à devenir insoluble.

Le problème pour lui ressemble dès lors, paradoxalement, à celui des oppositions : comment proposer des projets, une vision, des promesses de transformation, une ambition fédérant des acteurs politiques qui s’opposaient dans le passé ; comment incarner la nouveauté politique et ne pas s’engluer dans des batailles où, sur le fond, rien de bien nouveau finalement ne serait proposé ?

Cette symétrie qui se met en place, entre les vieux partis décomposés et le pouvoir qui nous promettait d’entrer dans un nouveau monde et qui peine à le faire, n’est que partielle. L’échec, ou simplement la lenteur mise par ces vieux partis à produire leur aggiornamento leur interdit surtout d’envisager de constituer une alternative au pouvoir, tandis que les difficultés de ce dernier pour réellement aller de l’avant augurent de bien pire : la crise politique généralisée, la voie ouverte à l’autoritarisme, à la fermeture du pays sur lui-même.

Nombre d’électeurs d’Emmanuel Macron souhaitent sa réussite, mais voient qu’il peine de plus en plus à faire vivre l’équation politique novatrice sous les auspices desquelles il était apparu. Ils attendent des réformes, mais, plus encore, un cap permettant de fédérer les énergies et les bonnes volontés : ils craignent sur cet enjeu d’être déçus.

Tribune parue dans Ouest-France le 30 août 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.